30 septembre 2006

La fin du combat ?

La cession du club, annoncée en grandes pompes.

Les médias ont relayé dans un passé récent un accord de principe entre F. Gaone, actuel Président de la RAAL et Monsieur Baio, industriel de la région, pour la cession du club. La conférence de presse a eu lieu au milieu de la semaine passée. Le club aurait enfin son repreneur.

Faut-il déjà se réjouir ?

Telle est actuellement la vérité officielle. Peut-on pour autant s'en réjouir ? Il faut rester prudent, essentiellement pour trois raisons.

1. Le maintien de J.-C. Verbist.

De un, Jean Claude Verbist, adepte des maladresses contractuelles et manipulations serait inclus dans le nouvel organigrame. Quand l'on connaît sa mauvaise foi, ses erreurs, sa connivence avec F. Gaone et ses pratiques au sein de la RAAL, le maintien de cet individu dans l'organigrame d'un club qui veut aller de l'avant a de quoi laisser dubitatif. Que quelqu'un dise ce que Verbist a déjà fait de bien dans le milieu du foot et nous révisons de ce pas notre jugement. De la RAAL à Mons ou maintenant où son noyau ne compte qu'une victoire contre le probable futur descendant, Verbist n'a jamais convaincu. Et l'on ne voit pas comment il pourrait être davantage crédible aujourd'hui.

2. L'absence d'accord sur le volet Odemwingie.

De deux, le volet "transfert Odewmingie" n'est pas du tout conclu. Or, il s'agit du point le plus épineux de la reprise. Peter Odemwingie, joueur évoluant au Losc, va être transféré dans un futur proche vers un nouveau club, probablement anglais. Or, Bolton a fait une offre de 16 millions d'euros, refusée par le LOSC. Sur ce futur transfert, la RAAL a droit à 20 ou 25 % de la somme du futur transfert. Une somme équivalente à 4 millions d'euros, répartis à moitié à titre privé pour F. Gaone et l'autre moitié au club via l'asbl "Nouvelle RAAL". Inutile d'écrire qu'en cas de maintien de F. Gaone, l'intégralité de ces sommes auraient été reversées dans le patrimoine privé de F. Gaone, comme cela fut le cas pour les autres transferts sortant de la RAAL durant ces deux dernières années et ayant valu à F. Gaone, Me Denis et d'autres des inculpations connexes à l'affaire de corruption Ye, essentiellement sur ces transferts de fonds douteux. Aujourd'hui, il convient de savoir à qui reviendra ce pactole collosal (qui équivaut à la somme de tous les transferts sortant de tous les joueurs de l'ère Cartier). Et cette question n'est à ce jour pas résolue.

D'autre part, la pseudo raison de ce statu quo sur ce volet, à savoir l'impossibilité de se procurer le document de cession entre le Losc et la RAAL, le document étant entre les mains de la justice, laisse dubitatif. Il est loisible en effet de se procurer un duplicata dudit document, soit via la justice belge, soit via le Losc qui possède lui aussi un exemplaire. Bref, cela reste nébuleux sur le volet Odemwingie et il s'agit du point crucial. Et sans accord sur tout, accord sur rien.

3. L'organigrame et le rôle de F. Gaone et J-C. Verbist

On le sait, la volonté factice de Verbist de quitter le club ne fait plus illusion. Au moment même où il annonçait vouloir démissionner fin août, il fut promu dans le conseil d'administration. Drôle de départ. Et avec Baio, il semblerait avoir une place dans le futur organigrame de la RAAL. Pour F. Gaone, la position de Baio est alambiquée. Le repreneur déclarant qu'il n'y a en aucune façon de fonction à réserver à F. Gaone tandis que le Président de Courcelles déclare qu'il compte bien jouer encore un rôle. Dire que le cédant et le repreneur n'ont pas la même vision sur le futur rôle de chacun est un euphémisme.

4. Une tentative déjà avortée

Début de l'été dernier, la presse avait déjà été convoquée, en son temps, pour soi-disant acter le départ de F. Gaone au profit d'un cartel représenté par A. Castagna. Or, on sait ce qu'il en est advenu : il restait à signer quelques papiers, procurer certains documents, bref, réaliser certaines formalités administratives... qui se sont révélées ensuite bien plus complexes, essentielement due à la mauvaise volonté de Verbist, intermédiaire dans la cession du club et particulièrement peu enclin à fournir les documents au repreneur qui ne réservait aucune fonction à l'ancien syndicaliste au sein du club. Donc, les effets d'annonces sont nombreux mais la réalité est souvent différente.

5. Un passif nébuleux

Monsieur Gaone estimait le passif à reprendre à 400.000 €. On sait que Castagana, potentiel repreneur, ayant fait un audit des documents partiels donnés à consulter, ont révélé rapidement un passif minimal à 700.000 €. Ce que Gaone et Verbist, à l'époque, ont contesté énergiquement. Et Castagna d'affirmer et même avancer un passif total de l'ordre de 700.000 € à 1.200.000 €. Aujourd'hui, le fait est que plus personne, ni Baio, ni Gaone ni Verbist ne contestent plus à ce jour la réalité d'un minimum de 700.000 € de passif. Mais si Castagna avait raison d'être pessimiste et d'affirmer au total un passif plus conséquent ? Castagna avait vivement regretté des mensonges, manipulations et sélections des documents donnés à son expertise. Baio a-t-il été plus prudent ? En acceptant de relever un passif de 700.000 €, est-il cependant enclin à couvrir un passif supérieur ? Quid si des fournisseurs privés se pressent pour se faire régler leurs factures impayées devant le nouveau repreneur ?

Quoi qu'il en soit, une situation sportive également préoccupante.

La RAAL s'est imposée grâce à un majestueux Lorenzo Laï à Walhain, candidat au maintien et amputé alors de cinq titulaires chez les brabançons. Nous avons ensuite concédé un nul à domicile contre Tongres avant de se faire défaire à deux reprises, une fois à Woluwé (4-3) et l'autre face à Sprimont (0-3 et sans discusssion) dans une dernière sortie particulièrement inquiétante. Ce soir, la RAAL se déplace chez le candidat au titre. Inutile de dire qu'une défaite est largement prévisible. Ce qui porterait le bilan à un 4/15, minoré à 1/15 suite à la pénalité infligée par l'UB. 1/15, ce serait grandement préoccupant.

Dans les coulisses, on parle d'un licenciement de Thairet dès ce soir au cas où la RAAL viendrait à être défaite ce soir à Charleroi au profit de son second et poulain de Jean Claude Verbist, à savoir Cuvelier. Certains vont même jusqu'à affirmer que cette promotion de Cuvelier au poste de T1 et l'arrivée de certains joueurs, proches de Cuveliers, n'ont pour autre but que d'asseoir l'autorité de Verbist au Tivoli. Affaire à suivre.

Le combat doit continuer. La lutte n'est pas gagnée.

Posté par ventderevolte à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La fin du combat ?

Nouveau commentaire