10 septembre 2006

Un beau succès des résistants !

TIVOLI, samedi 9 septembre, 18h00.

Alors qu'il fait étonnamment calme devant l'enceinte du Tivoli, les premiers membres du mouvement de Vent de Revolte s'installent à l'entrée du stade. Tout le monde se salue ou fait connaissance et les préparatifs s'organisent. Les uns s'occupent du ravitaillement en boissons, un autre veillent à ce que les membres ne meurent pas de faim (dix délicieuses tartes ont été gentiment proposées par un membre du mouvement), d'autres encore installent les premiers calicots sur les murs du stade. On se répartit les tracts, quadrillons le Tivoli et dès dix-huit heures et demie, le mouvement peut débuter.

dsc02575ie3

La presse est présente, nous faisons passer notre message.

Dès le début de soirée, la presse télévisuelle (RTBF, ACTV) et la presse écrite nous aborde. La RTBF nous pose quelques questions et filme les premiers gestes de la contestation. ACTV, la télévision locale, se fera, elle, quelque peu chahuter. C'est en effet la première fois que les supporters fidèles et attentifs aux faits peuvent aborder le média local et lui faire part de leurs griefs. "La façon dont vous offrez une tribune médiatique à ces voleurs est scandaleuse. On se croirait dans un média de République bananière. Vous servez la soupe. Aucun de leurs propos mensongers ne sont recoupés, ce n'est pas de l'information mais de la désinformation. Le dossier "Licence" et ses péripéties a été traité de façon honteuse par votre chaîne", entend-on en substance.

Le journaliste répond : "je suis conscient et même le premier à regretter que certains de nos journalistes, surtout les plus anciens, entretiennent des rapports étroits avec les dirigeants en place. De ce fait, il est évident pour moi aussi qu'il y a plus qu'un traitement de faveur dans le devoir critique de tout journaliste dès qu'il s'agit de s'attaquer à la gestion de la RAAL. Nous devons être très prudent, et il est vrai, certains de nos journalistes sont bien trop complaisants. Mais vous devez comprendre deux choses : d'une part, je ne suis pas le journaliste qui a fait ces reportages et je suis d'accord avec vous sur les critiques que vous soulevez, d'autre part, comme beaucoup de nos confrères, nous sommes tiraillés entre notre devoir de donner la bonne information et le souci également de ne pas trop brusquer la direction en place, pour pouvoir glâner encore à l'avenir leurs réactions". On retiendra donc que le journaliste avoue lui-même que la chaîne est aux bottes de la direction. Par amitié, par devoir de proximité, par nécessité de pas brusquer. Toujours est-il que les journalistes eux-même reconnaissent que ce qu'ils déclarent n'est pas la réalité du terrain. La presse écrite est également présente et pose les questions d'usage.

dsc02578zb0
Les réactions des supporters : très majoritairement d'accord avec notre propos.

Les supporters des loups arrivent. Chacun reçoit un tract. Il est reçu avec compréhension et le mouvement est déjà connu. Beaucoup nous disent avant même de le lire "c'est génial ce que vous faites, je vais le lire mais sachez déjà que je suis totalement d'accord avec vous. Il est mieux pour tout le monde que Gaone dégage du Tivoli. " Certains, par contre, sont étonnés de savoir que la reprise du club a capoté et que le club est encore sous la direction de Gaone et Verbist. Beaucoup de gens rentrent dans le stade comme prévu. La Louvière est une région de foot, pour certains, il s'agit de l'occupation ou la distraction du week-end. Bien qu'écoeurés par les péripéties du club, ils ne peuvent renoncer à aller supporter les joueurs, les loups et voir nonante minutes de football. Sans approuver le reste. Ils tiennent à le souligner.

Des personnalités présentes.

L'action est rehaussée par la présence, parmi la centaine de contestataires, de personnalités de la région. Des mandataires politiques, tel Jean Godin (Echevin des sports) viennent nous saluer et restent à nos côtés. Monsieur Patrick Carton, ancien commercial de la RAAL et actif à l'URS CENTRE a tenu, malgré un état de santé préoccupant (problèmes liés au ligament du genou ... et entorse de l'autre genou) , à faire un détour par le Tivoli. Des anciens joueurs témoignent de leur soutien. Antoninio Castagna, le repreneur potentiel, a passé également la soirée à nos côtés, sympathisant avec les membres du mouvement, en toute simplicité.

dsc02590cw1
Entre un morceau de tarte et une bonne bière, il répond aisément à nos questions et les perspectives d'avenir. "Pour l'instant, ma position est claire. J'ai demandé à l'époque à Gaone tous les documents relatifs à la situation comptable du club. J'ai mandaté la société d'audit financier Deloit and Touch de procéder à une vérification des seuls documents à notre possession. Le constat est affligeant. On nous avance 400.000 € de dettes du côté de la direction, le Cabinet d'audit déclare, quant à lui, un passif minimal de 700.000 €. Et encore, nous n'avons pas droit à toutes les informations! Disons que nous avons pu bénéficier d'un tiers des documents souhaités. C'est très peu. Trop peu. Face à cela et d'autres enquêtes visant à voir la situation réelle de la RAAL vis-à-vis de ses fournisseurs, nous avons vu que l'on voulait nous vendre un chat dans un sac. Dès lors, mon avocat a envoyé une lettre recommandée à F. Gaone lui disant que devant la mauvaise volonté affichée face à la demande des documents comptables et face aux déficits dévoilés par le Cabinet d'audit, nous suspendons jusqu'à nouvel ordre les pourparlers. Inutile de perdre son temps. Monsieur Verbist a évidemment fait acte de désinformation en annonçant devant Antenne Centre, que le repreneur se retirait purement et simplement. Rien n'est plus faux. Nous nous retirons face à l'impossibilité de bénéficier de tous les documents. Et ce retrait n'est que temporaire. Sitôt que nous avons les documents souhaités et une vision claire de la situation financière, nous pouvons reparler... mais sans Verbist. Récemment, nous avons eu une réunion avec les potentiels investisseurs. Nous avons tenté de contacter Monsieur Gaone. Nous avons été manger ensemble, Gaone et moi. Directement, je lui ai demandé de fournir les documents. Il les avait promis pour mercredi passé. Je n'ai toujours rien vu venir."

dsc02582ou5
Pour Olivier Destrebecq (MR), la ville doit davantage jouer son rôle et la perspective des élections communales est peut-être une chance pour le club. "Comme beaucoup, je déplore la situation actuelle. Mais la Ville, en tant que telle, ne peut pas grand chose. Il s'agit d'une asbl gérée par un Conseil d'administration. Nous avons cependant une seule arme : le fait que la Ville donne à titre presque gratuit le stade communal au club louviérois. C'est le tendon d'Achille de Gaone. C'est par là qu'il faut attaquer. Par le biais du fait que la Ville est propriétaire des installations, nous devons user de notre droit de regard et contrôler la gestion du club. Selon moi, si la gestion n'est pas saine et désordonnée, comme c'est le cas actuellement, la Ville doit profiter du fait qu'elle offre les installations pour se consacrer un droit de contrôle. Elle doit être plus vigilante et plus exigeante. C'est la seule voie possible. Pour le reste, il n'est pas à exclure que la majorité en place sorte un lapin de son chapeau à quelques jours des élections, afin de ravir son électorat. Comme par hasard. C'est quelque part, dans son malheur actuel, une chance pour la RAAL. Mais la Ville aurait dû être plus vigilante et exigeante dans les conditions d'exploitation du site".

Des anciens joueurs et dirigeants sont présents. Certains témoignent. "J'avais en début de saison proposé mes services pour m'occuper de la gestion de la RAAL. Dès le début, j'ai pu voir que tout était chaotique. Le fait que nous n'ayons qu'un seul jeu de vareuse, sans sponsor, par un équipementier désormais en faillite est symptomatique. Si nous devons jouer avec une vareuse away, nous n'en avons tout simplement pas. La situation est telle que le CPH était d'accord de payer lui-même de nouvelles vareuses pour ne plus voir son nom associé à l'image de la RAAL. Si ce n'est pas un signe de déclin,... J'ai désormais trouvé de nouvelles perspectives professionnelles et je puis vous dire que, de ce que j'ai vu, la situation est réellement alarmante".

Nous retiendrons également que certains joueurs et non des moindres, de véritables emblèmes du Tivoli sont désormais accusés d'être des voleurs et menteurs. Non payés depuis des mois, certains de quatre à cinq mensualités, ils se voient encore traînés dans la boue par ceux à qui ils ont offert leurs services pendant quelque paires d'années.

L'action est un succès et se termine, sans incident et dans le calme.

Les supporters restent durant tout le match à l'extérieur. Le résultat tombe, 2-2. Pour le club, ce n'est pas un mauvais résultat. Il serait sot de souhaiter à ces joueurs valeureux des défaites pour précipiter le départ de F. Gaone. Il faut avant tout se maintenir sportivement en D3. Mais au-delà de cela, plâne le doute sur le paiement des joueurs fin septembre. Des dirigeants témoignent : "Gaone ne met plus un euro dans les caisses de la RAAL, dès lors, on ne sait pas comment avec 150 abonnés, quelques recettes publics et des recettes sponsoring infimes, la Direction va faire face à ses paiements. Elle a accusé un déficit de 1.000.000 € ces deux dernières années alors qu'elle a enregistré dans le même temps ses plus plantureuses recettes (5.000.000 €). Ce n'est pas en Division III que l'on se refait, au contraire. Mal géré, un Président de Division III ne fait que sortir de l'argent de sa poche pour colmater les brèches. Or, Gaone ne veut plus injecter un centime. Devant le déficit actuel, le manque de rentrée financière cette année et l'absence de volonté de renflouer, on ne voit pas comment la Direction va honorer une vingtaine de salaires". La question se pose mais les résultats plutôt positifs de ce début de saison sont l'arbre qui cache la forêt. Les plus dupes se réjouissent de l'instant présent. D'autres, plus réalistes, calculent à plus long terme.

Photos : Cyrilloup.


Posté par ventderevolte à 12:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Un beau succès des résistants !

    SUPER

    je dis simplement FELICITATION,malheureusement je n'ai pas pus assister a cela en causse mon travail de boulanger,mais suis en congé dans 15jours et promis serais avec vous mes amis
    aller les loups mais sans Gaone et Verbist a l'uche tous ses fouteurs de merde

    JCP51

    Posté par JCP51, 11 septembre 2006 à 08:52 | | Répondre
Nouveau commentaire